« Voyage coloré et poétique dans le passé récent autour de cette mer fermée qu’est la Méditerranée », nous dit Pierre Barbancey dans l’Humanité à propos de l’ouvrage de Jean-Marie Lamblard.