50 €Ajouter au panier

Le chevalier médiéval, dans la tradition populaire, est souvent représenté vêtu d’une armure de fer, brandissant une épée conquérante et monté sur un destrier galopant à travers des champs de bataille. Représentations souvent peu fiables, voire fantasmagoriques. Grâce aux recherches historiques ou archéologiques effectuées depuis quelques années, il est enfin possible de reconsidérer ce portrait.

Au Moyen Âge, l’homme noble endossait fièrement l’armure pour la parade, le tournoi ou la guerre. C’était un signe de pouvoir qui marquait la place du personnage dans l’ordre hiérarchique, raison pour laquelle elle figure souvent sur les sceaux ou les monuments funéraires. Ces derniers – les deux principales sources de cette recherche – sont présents en grand nombre sur l’aire géographique de la Catalogne. Grâce à ses alliances et ses conquêtes, la Catalogne, aujourd’hui à cheval sur le Sud de la France et le Nord-Est de l’Espagne, a rayonné sur tout le bassin méditerranéen durant la période médiévale. Elle présente une importante concentration de gisants qui révèlent les influences venues de pays avec lesquels les liens commerciaux et stylistiques sont indéniables. Celles venues de Grande-Bretagne se perçoivent dans les positions de certains personnages, et celles de l’Orient par les motifs sur les étoffes des costumes figurés. La minutie d’exécution de certaines de ces œuvres apporte une richesse d’information incomparable pour l’étude de l’armure portée par le milieu aristocratique dans l’entourage des comtes de Barcelone – certains d’entre eux deviendront rois de Majorque. Quant aux sceaux, si petits soient-ils, ils montrent des guerriers en tenue complète et cela dès le XIIe siècle, donc bien avant l’apparition des premiers gisants.
Les données ainsi recueillies permettent de mieux appréhender quels types d’armures revêtaient les chevaliers et avec quelles armes ils aimaient se faire représenter. Par l’analyse détaillée de chaque pièce d’armement, il est possible d’en présenter la morphologie, la fonction et l’évolution.
Le résultat de sept années de recherche menées par Sylvain Vondra est rassemblé dans cet ouvrage.

Auteur : Sylvain Vondra

broché avec rabats – 22 x 30 cm – 224 pages et 24 pages de cahier couleur – 200 images en noir et blanc et 80 images en quadrichromie – octobre 2015 – 50 euros – ISBN 978-2-86266-716-4

Revue de presse

Tagged with: