45 €Ajouter au panier

Marseille conserve un patrimoine écrit exceptionnel, organisé par la volonté publique dès la fondation de la commune. Le Liber Statutorum, rédigé dans la seconde moitié du XIIIe siècle, est sans doute le document qui conserve la plus ancienne mention d’une organisation d’archives dans une collectivité territoriale. Le chapitre XV de son livre I s’intitule en effet « de cartis communis recolligendis » (« récolement des archives de la commune »).

Ainsi, les fonds d’archives de Marseille sont abondants, riches et précurseurs. Pour la France, ils contiennent le plus ancien registre de notaire rédigé sur papier (1248), le plus ancien registre de délibérations (1318) et le plus ancien livre de raison (1313). On y trouve aussi le plus ancien règlement du pain connu (1273).
Plans, parchemins, écrits, photographies, outre les versements des services municipaux, les collections, qui comprennent aussi le Cabinet des monnaies et médailles de la Ville, s’enrichissent régulièrement d’archives privées provenant d’entreprises, d’associations ou d’architectes mais aussi de familles phocéennes.
Les plus beaux documents du fonds des Archives de la ville de Marseille, les plus insolites, les plus rares, sont présentés dans ce livre, accompagnés d’une notice développée qui en explicite le contexte et le contenu. Une manière inédite d’aborder l’histoire de Marseille.

sous la direction de Sylvie Clair,  conservateur des Archives de la ville de Marseille

relié sous jaquette – 24,4 x 30,6 cm – 192 pages – 275 documents en quadrichromie – mars 2016 – 45 euros – ISBN 978-2-86266-729-4

Dans la même collection