Lorsque Raymond Vanier (1895-1965) pousse le 15 septembre 1914 la porte du bureau d’engagement volontaire, il n’a déjà en tête qu’une seule obsession : devenir pilote. D’abord versé dans l’artillerie, il connaît les secteurs très exposés de l’Artois et de la Champagne, puis ceux de Verdun et de la Somme. Canonnier, il se fait parfois […]

en savoir davantage…