29 €

Dans ce treizième tome de L’Europe et la Profondeur, à partir d’analyses, tant picturales (Cézanne, Van Gogh, Lascaux, Vermeer, Picasso) que poétiques (Rimbaud, Hölderlin, Rilke), Pierre Le Coz ne tente rien de moins que de raconter l’histoire des rapports que, depuis son origine, l’espèce humaine entretient avec l’image.

Et cela comme si la capacité de cette espèce à « fabriquer des images » constituait, avant même peut-être le langage, sa véritable essence : de signature donc, non tant d’abord « poétique » que picturale. L’homme, avant que d’être l’homo sapiens de notre moderne anthropologie, serait-il cet homo pictor : la créature qui, pour avoir loisir de configurer le chaos phénoménal d’un « univers sans images » (Rimbaud) en un monde de/du sens, doit faire passer cet univers au filtre de l’élaboration – par traitement préalable de celui-ci en « motifs » – de telles images ? Il faut donc lire ce Paradis des orages comme une sorte de plongée généalogico-pensive dans l’abîme du temps en direction de l’origine de notre propre espèce : comment l’homme est devenu « humain » par cette faculté qu’il a développée de tirer-« figure »-de/isoler-en-« motifs » les choses qui l’environnent.

Auteur : Pierre Le Coz

broché – 14 x 21 cm – 696 pages – janvier 2020 – 29 euros – ISBN 978-2-86266-769-X

Tagged with: