29 €Ajouter au panier

Plus qu’un traité de philosophie ou de théologie, L’Europe et la Profondeur doit être lu comme un « roman philosophique » – une enquête quasi-policière à travers la peinture, la littérature, l’histoire et la géographie, pour revenir à la source du destin de l’Occident. Celui-ci est pensé à partir de l’événement cardinal du départ du Christ et de la détresse en laquelle il plonge l’homme européen, cette détresse induisant notamment les catégories nouvelles d’espace et de temps qui régissent aujourd’hui le monde. Dans sa première partie (Espace et lieu), s’aidant d’une réflexion sur la perspective considérée comme une méditation en actes autour de l’Incarnation, il est montré comment l’espace moderne – c’est-à-dire celui où l’étendue prend le pas sur le lieu – se met en place, espace libéré par le retrait du Christ, ce « dieu qui se dérobe », et, en ce dérobement, déracine et désenchante.

Dans la deuxième partie (Temps et vérité) est étudié plus spécialement le phénomène dit de « la fuite des essences » pointé par Hölderlin dans l’hymne Patmos qui évoque justement le moment précédant le départ du Christ ; et comment ce phénomène signe le temps moderne, torrentueux et brisé, à la tonalité élégiaque. Enfin, dans la troisième partie (Histoire et Profondeur) apparaît véritablement le concept de Profondeur, car si espace et temps eux-mêmes changent, il faut bien qu’ils le fassent dans l’élément d’une dimension plus originelle qu’eux ; et cette dimension – appelée ici Profondeur et qui se déploie dans l’histoire – est ouverte par le seul christianisme.

La « pensée la plus profonde » de l’ouvrage est que le christianisme agit dans l’histoire à la manière d’un nihilisme, ce qu’avait en son temps bien vu Nietzsche, mais sans aller tout au bout de cette pensée, c’est-à-dire sans aller jusqu’au retournement de l’Apocalypse. Ce nihilisme est un destin et c’est pourquoi toutes les tentatives politico-historiques du XXe siècle pour l’enrayer ont conduit ou conduiront à des catastrophes. La nostalgie d’une permanence qu’elles illustrent est à chaque fois, quoique sous des guises différentes, une apostasie du message christique. En ce sens, le commandement le plus absolu, et peut-être le seul, du christianisme est le Noli me tangere signifié à Marie-Madeleine par le Christ ressuscité, et qui exhorte l’individu à ne pas retenir le divin quittant le monde, mais au contraire à s’engager sans crainte dans la « profondeur sans étoiles » qu’ouvre ce départ.

Cet ouvrage a pour suite le Traité du Même.

auteur : Pierre Le Coz

broché – 14 x 21 cm – 864 pages – septembre 2007 – 29 euros – ISBN 978-2-86266-549-8

Du même auteur

Tagged with: